Actualités

EDUCATION : Politique éducative et marché du travail en Afrique du Sud, une analyse en EGC de Héleine Maisonnave, Bernard Decaluwé (dossier, première partie)

Dans ce dossier, la rédaction d’edunews vous présente une analyse on ne peut plus claire et véritablement scientifique établissant une relation entre le système éducatif sud-africain et son marché de travail en Equilibre Global Calculable (EGC ), un outil plus approprié pour capter les interrelations entre les secteurs éducatifs et le marché du travail à long terme. L’analyse est de Hélène Maisonnave, Bernard Decaluwé dans Recherches économiques de Louvain 2010/3 (Vol. 76), pages 289 à 335. Cette première partie va porter sur l’introduction de l’analyse de Hélène Maisonnave et de Bernard Decaluwé.

<< Le système ségrégationniste [1948-1991] a laissé un héritage très lourd en Afrique du Sud. Si le pays a réussi une transition politique qui fait de lui un modèle dans le monde, et notamment pour le reste de l’Afrique, de nombreux problèmes économiques et sociaux persistent. La réorganisation du marché du travail et la lutte contre les inégalités représentent les enjeux politique et économique majeurs du gouvernement. Cette lutte contre les inégalités s’applique également au secteur éducatif. En effet, au cours de l’Apartheid, les écoles étaient organisées selon un clivage racial et leurs budgets déterminés en fonction de la couleur des populations y étudiant. Selon l’OCDE (2008), certaines écoles blanches recevaient des autorités publiques jusqu’à vingt fois plus de subventions par élève que dans les écoles noires. Ainsi, seuls les White et une poignée d’Indian ont reçu une éducation de qualité, creusant de fait les inégalités avec les autres groupes de population. Selon Van der Berg (2007), la population White avait des taux de scolarisation analogue à ceux des pays développés, alors que les autres groupes de population accusent des retards. En outre, en Afrique du Sud, il existe, comme dans d’autres pays, une forte corrélation entre le niveau d’études et le niveau de vie. Ainsi Bhorat (2003) montre que les taux de chômage sont très fortement corrélés avec les niveaux d’étude en Afrique du Sud. Il indique ainsi qu’un faible niveau d’étude augmente la probabilité d’être au chômage et donc d’avoir un faible niveau de revenus. Dans ces circonstances il était donc naturel pour les autorités publiques de vouloir intervenir dans le secteur éducatif afin d’améliorer la qualité des écoles et éventuellement de réduire les inégalités dans ce secteur mais également à plus long terme de donner les mêmes opportunités d’emploi pour toutes les races sur le marché du travail.Dans notre étude, nous proposons d’analyser l’impact d’une politique en faveur de l’éducation sur les différents ménages sud africains ainsi que les impacts à long terme de cette politique sur le marché du travail.

Plus précisément, nous développons un Modèle d’Equilibre Général Calculable (MEGC) en dynamique séquentielle. Il nous semble en effet que le MEGC est l’outil le plus approprié pour capter les interrelations entre les secteurs éducatifs et le marché du travail à long terme. De plus, le MEGC permet de mener une analyse contrefactuelle, permettant de prendre en compte les effets de la mise en place d’une politique éducative. Dans cette étude, nous souhaitons analyser les effets d’une augmentation des dépenses publiques d`éducation, sur le marché du travail à long terme en étudiant deux scénarios qui diffèrent l’un de l’autre par la forme de leur financement. Il est évident toutefois que nos scénarios doivent être vus comme illustratifs de la méthode que nous proposons plutôt que de recommandations de politiques éducatives concrètes pour l’Afrique du Sud. Pour spécifier le comportement du système d’éducation, nous nous inspirons des travaux de Bourguignon et al (2006) qui ont proposé une méthode de mesure des coûts financiers reliés à l’atteinte des objectifs du millénaire.

La première section de cette étude explique le contexte éducatif de l’Afrique du Sud. La deuxième section replace l’importance de l’éducation dans le processus de croissance d’une part, et reprend les différents MEGC proposés dans la littérature pour capter les effets de l’éducation d’autre part. Les sections et présentent la Matrice de Comptabilité Sociale et les équations du modèle. La section expose les résultats obtenus. La section présente nos conclusions et les améliorations potentielles à nos travaux >>.

Pascal S.